La nef

La nef est le lieu où se rassemblent les membres de la communauté. Elle se compose donc de bancs où les fidèles peuvent prendre place durant la célébration. On peut également trouver, dans différentes paroisses, comme ici à Marie-Reine-des-Cœurs, des présentoirs de lampions mis à la disposition des fidèles qui peuvent venir allumer un cierge et se recueillir quelques instants. On peut également trouver une alcôve, une petite chapelle latérale ou un autre lieu dans l'église consacré au saint patron de la paroisse. Ce lieu est habituellement aménagé pour permettre aux fidèles de venir s'y recueillir.

 

Le chœur

Le chœur de l'église est le théâtre où se déroulent les liturgies de la Parole et de l'Eucharistie. Il est séparé de la nef soit par une présentation visuelle différente ou, comme ici, légèrement surélevé et et/ou séparé par une balustrade. Cette démarcation est nécessaire entre les deux parties intérieures de l'Église comme elle le fut, jadis, dans le Temple de Salomon. On se rappellera qu'il y avait, à l'époque trois zones très distinctes à l'intérieur du Temple, soit le Parvis où les fidèles venaient présenter leurs offrandes, le Lieu Saint (ou Sanctuaire) où ils se réunissaient pour prier et adorer le Seigneur et le Lieu Très Saint, là où était conservée l'Arche de l'Alliance et les tables de la Loi. Lorsque Jésus meurt sur la croix, le rideau séparant le Lieu Saint du Lieu Très Saint se déchire du haut vers le bas, signifiant ainsi que Dieu se rendait désormais disponible au genre humain. Ainsi, puisque le Temple comprenait désormais que deux parties, les premières communautés chrétiennes ont convenu d'un parvis (où s'assemblent les fidèles que l'on appelle désormais nef) et le Lieu Saint où l'on célébrait la liturgie et le repas Eucharistique (désormais appelé le chœur). Avec le prêtre, ceux et celles qui pénètrent dans le chœur, viennent y exercer une fonction consacrée (lecture, service de l'autel, communion).

La table du Saint Sacrement et le tabernacle

À la suite des travaux du Concile Vatican II, non seulement a-t-on décrété que le déroulement de la messe se ferait face à l'assemblée, mais on a aussi voulu que le tabernacle, où sont conservées les espèces consacrées, soit davantage près de l'assemblée. Il est posé sur une table que l'on nomme « Table du Saint-Sacrement ». Le fait de disposer le tabernacle plus près de l'assemblée permet aux fidèles de venir s'y recueillir car l'Église reconnaît que le Seigneur est présent au milieu de Son peuple. Dans les églises plus anciennes, on a souvent intégré le tabernacle dans le retable qui se trouve au fond du chœur. Ainsi, pour des raisons économiques, plusieurs paroisses ont préféré ne pas déplacer le tabernacle et aussi afin de préserver le style et le décor architectural voulus par les architectes qui ont réalisé et conçu ces bâtiments.

L'ambon ou table de la Parole

L'ambon est un pupitre dont le style est habituellement (comme ici) assorti au style architectural de l'église où se déroule la première partie de la célébration, soit la liturgie de la Parole. Il est habituellement muni d'un microphone et, selon le cas, d'une petite lampe de lecture. Autrefois, avant l'invention des systèmes de son modernes, la liturgie de la Parole se déroulait dans la chair, un petit pupitre surélevé au-dessus de l'assemblée et à laquelle on accédait par un petit escalier. La chaire était munie d'un petit toit, nommé « abat-voix » qui avait la propriété de faire redescendre le son de la voix vers l'assemblée.

Le maître-autel

Situé au centre du chœur, le maître-autel constitue effectivement le centre de notre attention puisque c'est à cet endroit que se déroule la liturgie de l'Eucharistie. Jadis, dans le Temple de Salomon, l'autel était réservé à la présentation des offrandes, ces animaux que l'on venait offrir au Seigneur en signe d'expiation des fautes. Désormais, nous dit saint Paul, Christ est mort une fois pour toutes. Aussi, les communautés chrétiennes célèbrent le mémorial institué par Jésus, en y consacrant le pain et le vin qui deviennent, pour les croyants, le Corps et le Précieux Sang du Christ. Le maître-autel est donc un lieu prépondérant et, puisqu'il doit être bien visible par l'assemblée, il est habituellement surélevé.

L'orgue et la chorale

Dans certaines paroisses, l'orgue et les sièges de la chorale peuvent se trouver au jubé ou, comme ici, annexés au chœur de l'Église. La musique, il convient de le souligner, fait partie intégrante de la liturgie et des célébrations. Il peut s'agir, comme ici à la paroisse, d'un orgue électrique ou encore, comme dans de nombreuses paroisses Montréalaises, de beaux orgues à tuyaux. Les orgues à tuyaux les plus remarquables de Montréal sont ceux de l'Oratoire Saint-Joseph du Montréal et de la Basilique Notre-Dame de Montréal.