Trente-deuxième dimanche du Temps ordinaire - (Année A)
Semaine du 12 novembre 2017


En ce mois de novembre : la fin de l'année liturgique

La chute des feuilles rappelle que toute chose s'en va vers une fin !

 

Une fois de plus la Parole de Dieu nous parle de « noces » !

Dix jeunes filles invitées mais cinq d'entre elles n'étaient pas prévoyantes et n'apportèrent pas l'huile nécessaire pour alimenter leur lampe.

Les pharisiens dans l'attente de l'époux.

Au moment de parler de cette parabole, Jésus s'en va vers un moment dramatique: Jésus est à quelques jours de sa mort, violente... il vient de parler fermement aux pharisiens: ils ont décidé de le tuer, comme on a fait pour les autres prophètes.

Les cinq filles non-prévoyantes qu'on dit étourdies et même « folles » dans la langue grecque, nous permettent de référer à nos attitudes spirituelles fondamentales.

Est sage, celui qui fonde sa vie sur Dieu et fou celui qui la fonde sur ses pauvres références seulement humaines. Et Jésus dit: c'est le risque de s'endormir.

A force d'attendre Dieu, qui tarde, qui reste apparemment lointain, on finit par se lasser, et c'est la tiédeur, la routine et l'insouciance.

Quand l'époux arrive, celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui. Comme les autres, elles se sont donné de la peine trop tard! Voilà que Jésus veut dire: ce n'est pas nous qui choisissons l'heure.

Ce ne sont pas ceux qui disent Seigneur! Seigneur! Qui entrent dans le royaume de Dieu mais ceux qui font la volonté du Père.

Veillez donc, car vous ne savez ni le jour, ni l'heure.

Le jugement rendu par Dieu ne fait que traduire ce qu'elles ont mérité par leur propre comportement. Les pharisiens du temps de Jésus ont dû très bien comprendre.

Mais il s'agit maintenant de nous!

 

Texte de Maurice Comeau, prêtre

Proposé par l'Abbé Jacques Dorélien,
Prêtre-curé des paroisses Marie-Reine-des-Cœurs et Saint-Fabien